Nom
Prénom
E-mail
Adresse
CP
Ville
Tél
toutes Boursedirect Fortuneo Binck EasyBourse
2.8 bourse_250x250_décembre
2.13 bourse_468x60_décembre

Le fixing

En langage boursier, le « fixing » désigne l’opération consistant à mettre en relation l’offre et la demande, dans le but de déterminer une cotation offrant la possibilité de réaliser le plus grand nombre possible de transactions.

Ayant lieu, dans le cadre des titres cotés en continu, lors de l’ouverture et de la clôture du marché, dans le but de déterminer les cotations pour le début et la fin de la séance, le fixing peut aussi avoir lieu, pour les actifs ne présentant pas une liquidité suffisante pour leur permettre de bénéficier d’une cotation en continu, au cours de la journée.

Réservé généralement aux titres donnant lieu à moins de 2 500 transactions par jour, la cotation au fixing nécessite alors l’accumulation des ordres dans le carnet d’ordres, avant d’opérer le calcul d’un cours offrant la possibilité de procéder à l’exécution du plus grand nombre d’échanges. Cette opération a généralement lieu deux fois durant la séance, à 10:30 et à 16:00, les valeurs présentes sur le marché libre dérogeant, quant à elles, à cette règle, puisqu’un seul fixing est réalisé, ici, à 15:00.

Touchant généralement des valeurs peu liquides, la cotation au fixing peut toutefois présenter certains avantages, celle-ci permettant notamment d’alléger considérablement le suivi des investissements réalisés, deux vérifications seulement se révélant être nécessaires durant l’ensemble de la séance de cotation ; les deux périodes de fixing représentant, en effet, les seuls instants où la valeur du placement peut évoluer, permettant ainsi de soulager l’investisseur qui peut alors se consacrer à d’autres tâches.

Compara_mea_250x250

Gilles Caye
l'analyse de la semaine

Chaque semaine, je reviens sur les
évenements boursiers de la semaine
écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir
Les semi-conducteurs et les banques boudent...

Les opérateurs ont démarré la semaine du 10 au 14 décembre dans l'inquiétude concernant la crise politique en Italie. Le retour de S.Berlusconi sur la scène politique a de fait réduit à néant le soutien de son parti, le PDL, à Mario Monti, l'actuel chef de gouvernement. Ce soutien politique étant défaillant, la coalition qui soutient le gouvernement Monti vient donc de sauter, déclenchant la démission du chef du gouvernement après le vote du budget. Coup de théâtre majeur...
17/12/2012
Gilles CAYE, diplômé de l'ESSCA et de l'Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC. Il est également écrivain et auteur de l'ouvrage « j'apprends la bourse à ma mère » et du blog Apprendre la bourse.