Nom
Prénom
E-mail
Adresse
CP
Ville
Tél
toutes Boursedirect Fortuneo Binck EasyBourse
2.8 bourse_250x250_décembre

Le CAC40 revient au contact de sa résistance baissière long terme

Même si le risque de voir le marché devenir irrationnel avait été clairement évoqué la semaine dernière, le gain hebdomadaire de 5,6 % du CAC40 aura surpris plus d’un intervenant sur les marchés.

Il s’agit de la plus forte hausse hebdomadaire de l’année qui s’est enclenchée très rapidement dès le début de semaine dans un climat d’apaisement politique aux USA concernant les ajustements budgétaires à mener d’ici le 31 décembre. Beaucoup d’anticipations prises à contre-pied ont donc créé l’impulsion, bien relayées ensuite par le redressement relatif des toutes premières tendances concernant l’activité industrielle, notamment en Chine.


Une nouvelle fois le mouvement est plus favorable à l’Europe alors que Wall Street est restée un peu plus en retrait.

Ce phénomène de rattrapage entre l’Europe et Wall Street a bénéficié par ailleurs des avancées sur la Grèce et d’un jour férié à la bourse de New York pour Thanksgiving.

En franchissant 12755 points en clôture (zone à surveiller la semaine dernière), les acheteurs ont réussi à prolonger le rebond mais ces derniers n’ont toujours pas réussi à renverser la vapeur. Le Dow Jones retrace à peine 50% de la baisse antérieure. Deux résistances coiffent d’autre part toujours les cours.

Prochaine zone cible à très court terme en cas de franchissement : 13200-13300 points. Tant que cette dernière zone n’est pas débordée, il convient de rester extrêmement prudent. Le risque de rechute sévère est ajusté de 12755 à 12700 points pour cette semaine.

Le contre-pied est total sur le CAC40. Total eu égard au diamant, formation assez rare dont l’invalidation ci-dessous l’est encore plus. Cela change-t-il la donne ?

Avant d’y répondre directement, commençons par quelques rappels et précisions pour bien dresser le constat.
Une nouvelle fois le marché a montré son potentiel à générer des mouvements assez voire très violents. La capacité à vider les carnets d’ordre dans un sens comme dans l’autre est claire désormais. En moins d’un mois, ont été observées la plus forte baisse journalière de l’année à Wall Street début novembre et la plus forte hausse hebdomadaire à la bourse de Paris la semaine dernière, sans parler du pétrole. On retrouve là des ingrédients maintes fois évoqués.
Au retour de cette semaine où les opérateurs ont déserté Wall Street pour cause de Thanksgiving (jeudi) et de Black Friday (la fête annuelle de la consommation qui donne le départ de la saison des achats de Noël, date traditionnellement haussière), le risque de voir le marché connaître quelques accès irrationnels est toujours là, d’autant que la semaine qui s’ouvre s’apparente à une sorte de petite rentrée après ce long week-end festif.

Le suivi graphique reste donc une priorité absolue. Une priorité absolue sur les seuils d’invalidation de manière précise où tout peut basculer et une priorité absolue concernant les conséquences suivant les différents horizons afin de ne pas tirer des conclusions un peu hâtives et parfois émotives de ces oscillations à court, moyen et long terme.

De la même manière que le courant acheteur pouvait s’asseoir au-dessus de 3380-3400 la semaine passée, pour la semaine qui s’ouvre, les vendeurs auront la possibilité de voir leur rang grossir dès 3490-3475 points à court terme.
A titre pédagogique, les retours à la moyenne sont le plus souvent assez difficiles. Sur moins de 150 points, soit seulement 3 à 4% de variations du CAC40, sont présentes à l’heure actuelle les moyennes mobiles à 20,50,100,150 et 200 jours, globalement neutres. C’est une situation assez comparable pour le CAC40 à celle de la fin du printemps 2011.

Le CAC40 revenu au contact de sa ligne de tendance baissière depuis les sommets de 2007 est donc en passe de pouvoir la franchir, néanmoins, il reste aux acheteurs à reprendre l’essentiel, c’est à dire invariablement depuis des semaines 3553(3555) puis la résistance sur les plus hauts vers 3600 points, pour éviter le risque de fausse sortie et lever l’alerte baissière.

Au-delà, les résistances sont moins nombreuses, moins regroupées et moins fortes avec un retour sur le gap hebdomadaire en ligne de mire.

A l’heure de faire de grands choix, le CAC40 malgré 5,6% de gains en 5 séances, n’a donc toujours pas pris d’option claire (Pour mémoire, au-delà de 3600, le CAC40 passerait simplement d’une tendance baissière à une tendance neutre à long terme, ce tant que le gap hebdomadaire reste invalidé)

Gilles Caye



Gilles Caye
l'analyse de la semaine

Chaque semaine, je reviens sur les
évenements boursiers de la semaine
écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir
Les semi-conducteurs et les banques boudent...

Les opérateurs ont démarré la semaine du 10 au 14 décembre dans l'inquiétude concernant la crise politique en Italie. Le retour de S.Berlusconi sur la scène politique a de fait réduit à néant le soutien de son parti, le PDL, à Mario Monti, l'actuel chef de gouvernement. Ce soutien politique étant défaillant, la coalition qui soutient le gouvernement Monti vient donc de sauter, déclenchant la démission du chef du gouvernement après le vote du budget. Coup de théâtre majeur...
17/12/2012
Gilles CAYE, diplômé de l'ESSCA et de l'Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC. Il est également écrivain et auteur de l'ouvrage « j'apprends la bourse à ma mère » et du blog Apprendre la bourse.