Nom
Prénom
E-mail
Adresse
CP
Ville
Tél
toutes Boursedirect Fortuneo Binck EasyBourse
2.8 bourse_250x250_décembre

La Cour d’Appel analyse les causes de l’affaire Kerviel

Ayant occupé, au début de l’année 2008, les premières pages des journaux, l’affaire Kerviel connaît aujourd’hui un nouvel épisode, avec le procès en appel du trader de la Société Générale, occasion pour Mireille Filippini, Présidente de la Cour d’Appel, de faire le point sur les différents événements survenus au cours de l’année 2007, qui ont entraîné, pour l’établissement bancaire, des pertes particulièrement importantes.

Des mécanismes de contrôle trop légers ?

Détaillant l’activité de Jérôme Kerviel mois par mois, le procès en appel a ainsi été l’occasion de revenir sur les sources de cette affaire, dont les premiers signes remontent à la période 2005-2006, durant laquelle le trader de la Société Générale a commencé à commettre quelques manquements aux règles de bonne conduite édictées par son employeur, qui n’ont alors pas éveillé les soupçons du service de contrôle de l’enseigne, laissant l’employé agir ainsi jusqu’en janvier 2008, lorsqu’une perte particulièrement importante est enregistrée, soulignant la légèreté du dispositif de contrôle instauré par l’établissement bancaire.

Jérôme Kerviel est-il le seul responsable ?

Reconnaissant les faits qui lui sont reprochés, Jérôme Kerviel entend aussi mettre en évidence, à l’occasion de ce procès en appel, l’immobilité des dirigeants de la Société Générale, qui se trouvait alors confronté à une crise particulièrement grave, liée à l’effondrement du marché immobilier aux États-Unis et aux subprimes, celui-ci soulevant ainsi l’idée que sa déconvenue aurait pu être envisagée comme un écran de fumée permettant de masquer des pertes enregistrées, cette théorie soulevant les critiques des représentants du groupe bancaire, qui n’ont pas hésité à la qualifier de véritable « feuilleton policier ».



Gilles Caye
l'analyse de la semaine

Chaque semaine, je reviens sur les
évenements boursiers de la semaine
écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir
Les semi-conducteurs et les banques boudent...

Les opérateurs ont démarré la semaine du 10 au 14 décembre dans l'inquiétude concernant la crise politique en Italie. Le retour de S.Berlusconi sur la scène politique a de fait réduit à néant le soutien de son parti, le PDL, à Mario Monti, l'actuel chef de gouvernement. Ce soutien politique étant défaillant, la coalition qui soutient le gouvernement Monti vient donc de sauter, déclenchant la démission du chef du gouvernement après le vote du budget. Coup de théâtre majeur...
17/12/2012
Gilles CAYE, diplômé de l'ESSCA et de l'Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC. Il est également écrivain et auteur de l'ouvrage « j'apprends la bourse à ma mère » et du blog Apprendre la bourse.