Nom
Prénom
E-mail
Adresse
CP
Ville
Tél
toutes Boursedirect Fortuneo Binck EasyBourse
2.8 bourse_250x250_décembre

L’introduction en bourse, une étape importante et délicate pour l’entreprise

Pour un certain nombre de raisons, une entreprise peut être amenée à envisager son introduction en bourse. Visant généralement à trouver de nouveaux capitaux pour poursuivre son développement, une telle opération peut aussi avoir pour but de renforcer la notoriété de l’enseigne sur son marché ou bien encore d’offrir aux actionnaires une plus grande liquidité de leurs parts sociales.

Désignée sous le terme d’ouverture du capital lorsque l’entreprise n’a jamais été présente sur un marché financier ou d’augmentation de capital dans le cadre de l’émission de nouveaux titres, cette opération permet à une société de bénéficier de fonds frais sans augmenter son endettement, les acheteurs ne bénéficiant pas, dans ce cas-là, d’une créance envers l’entreprise, dans la mesure où les actions acquises ne sont aucunement remboursables.

Ouverte à toute forme d’entreprise, l’introduction en bourse reste particulièrement encadrée par les teneurs de marché, tels que NYSE Euronext, pour la place de Paris, le nouvel arrivant devant alors respecter un certain nombre de critères, pour entrer dans l’une des différentes catégories mises en place. En effet, pour faciliter la lecture des différentes offres, les teneurs de marché regroupent généralement les entreprises cotées selon un certain nombre de données précises ; ainsi, sur la place de Paris, une entreprise peut être introduite sur l’Eurolist, Alternext ou encore le Marché Libre.

Représentant le marché le plus prestigieux de la place de Paris, Eurolist reste réservé aux entreprises les plus performantes. Divisé en trois compartiments, celui-ci regroupe, tout d’abord, l’ensemble des sociétés offrant une capitalisation boursière supérieure à 1 million d’euros, aussi appelé « Blue Chips », tandis que le deuxième rassemble les entreprises dont la valeur est comprise entre 1 milliard et 150 millions d’euros, celles-ci étant alors désignées par le terme « Mid Caps », et que le troisième réunit, quant à lui, les « Small Caps », c’est-à-dire les sociétés de moins de 150 millions d’euros, ayant ouvert au minimum 25 % de leur capital aux investisseurs et obéissant à des règles comptables particulièrement strictes.

Afin d’offrir une solution à l’ensemble des entreprises, les marchés financiers ont ouvert d’autres marchés, ainsi Alternext constitue la solution idéale pour les entreprises dont la capitalisation s’avère être comprise entre 10 et 200 millions d’euros, alors que le Marché Libre accueille, pour sa part, l’ensemble des sociétés souhaitant bénéficier de l’investissement boursier sans toutefois remplir les critères précédents, celles-ci représentant toutefois, pour les investisseurs, une prise de risque plus importante, malgré la possibilité de profiter aussi parfois de meilleures opportunités.

Représentant une étape particulièrement importante dans l’évolution d’une entreprise, la cotation en bourse se révèle être particulièrement délicate à réaliser et génère quelques risques pour la société qui en fait l’objet, c’est pourquoi un certain nombre de spécialistes sont généralement appelés à intervenir lors de la réalisation des différentes opérations, garantissant ainsi la bonne réussite de la manœuvre. Pour les petits investisseurs, participer à une telle démarche est aussi particulièrement compliqué, c’est pourquoi il convient de choisir, avec une grande précaution, le prestataire chargé d’effectuer l’ensemble des démarches nécessaires, une bonne affaire en devenir pouvant rapidement se transformer en véritable piège.



Gilles Caye
l'analyse de la semaine

Chaque semaine, je reviens sur les
évenements boursiers de la semaine
écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir
Les semi-conducteurs et les banques boudent...

Les opérateurs ont démarré la semaine du 10 au 14 décembre dans l'inquiétude concernant la crise politique en Italie. Le retour de S.Berlusconi sur la scène politique a de fait réduit à néant le soutien de son parti, le PDL, à Mario Monti, l'actuel chef de gouvernement. Ce soutien politique étant défaillant, la coalition qui soutient le gouvernement Monti vient donc de sauter, déclenchant la démission du chef du gouvernement après le vote du budget. Coup de théâtre majeur...
17/12/2012
Gilles CAYE, diplômé de l'ESSCA et de l'Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC. Il est également écrivain et auteur de l'ouvrage « j'apprends la bourse à ma mère » et du blog Apprendre la bourse.